SANDWITCH GLITCH

SANDWITCH GLITCH

SANDWITCH GLITCH

Nous sommes les maîtresses du désordre

Elles se retrouvent sur skype, mode multi-conférence et Nycthémère entame sa séance d’hypnothéraptome. Hypnothérapie, tératome et haptique.

Est-ce qu’il y a un endroit dans votre corps où vous sentez que votre mal s’est installé. Est-ce que vous voyez la manière dont il est lié à vous, ses attaches. Est-ce qu’il y en a beaucoup. Est-ce que c’est serré, est-ce que c’est compliqué. Trouvez des manières de le délier. Ca peut être de plusieurs manières, on peut découdre, couper, arracher, empoisonner, endormir. Faites-le, toutes les attaches. Et maintenant, faites un geste pour le sortir de votre corps. Tenez-le dans votre main, face à vous. Lâchez-le, il est comme en suspension. Prêtez-y attention, vous pouvez le disséquer, le décrire comme un scientifique, ce patriarcat qui vous ronge. Et il devient de plus en petit, il se transforme, d’un amalgame de cellules souches, de dents, de cheveux, de chair, il se transforme. Jusqu’à être minuscule. Presque à disparaître.

c’est devenu une minuscule bille de verre, comme une fragile petite planète translucide.

 et qu’en fais-tu? 

  

 

je la garde, je la mets dans ma poche.

 La chasse aux sorcières est liée au temps. Au temps qu’il fait, au temps qui passe. Cassez vos montres connectées, vos modem qui indiquent l’heure, nous sommes les maîtresses du temps, les nycthémères, les filles de la Lune et du Soleil, les forces chtoniennes et les vents d’orage. 

    

 

Ouais! Nycthémère! 

 

Oui, on entend toutes que tu dis nique ta mère, c’est important qu’on rende hommage aux mères, à la filiation,la filliation avec deux L, mais la filiation du sang n’est plus celle qui compte, tu es de ma famille, tu es de mon espèce, tu es de ma planète, tu respires ce que j’expire, j’inspire ce que la feuille exhale, et on finit tous par citer du Jean-Jacques Goldman ou du Pocahontas, mais finalement, il n’y a pas de honte à ça. Donc nique, ou nike parfois sur les murs, c’est Niké, déesse grecque de la victoire, mais nyc de nycthémère, c’est celui de la nuit. Alors ok pour les mères, ok pour la victoire, ok pour les nuits, parce que nycthémère, c’est suivre les variations rythmiques de luminosité du monde, c’est comme un pouls, à l’échelle galactique c’est infiniment rapide, mais pour nous, c’est un tambour qui pulse, qui change aussi avec la lumière de la Lune. Veille et sommeil. Le cycle jour-nuit est nycthémère, le mouvement subordonné à la lumière, la nyctinastie. Je me ferme la nuit venue, je m’ouvre à la lumière du Soleil.  

Nous sommes ainsi Nycthémère et nous sommes Nyctinastie.

Nyctinasty!

C’est super de parler nuit et jour, Lune et Soleil, mais est-ce qu’on est obligées d’être les mystiques là? En plus on se retrouve sur Internet, là où il n’y a ni temps ni espace, parce qu’en réalité, on est à des années-lumières les unes des autres, je dois aller sur une app pour convertir l’heure à laquelle je dois accomplir le rituel pour qu’on soit synchro, et tu nous parles d’être liées au cosmos. On se file des recettes sur des pages Facebook, j’ai acheté une Witchy Mystery Box Wiccan Surprise box Witchcraft Altar sur Etsy, une fois par mois on essaie de virer Trump, là on parle d’arrêter les feux en Australie, d’empêcher la troisième guerre mondiale, mais faut être un peu réaliste, la lumière que je reçois, c’est la lumière bleue de mon ordi, et là je suis dépassée.

Comme le dit Peter J. Carroll dans le chaos magick, “magic works in practice, not in theory”. On sait qu’on se raconte des histoires, on sait qu’on nous prend pour des débiles, qu’on nous sort des “c’est pas ça qui va changer le monde”. Et notre pratique de la magie, elle trouve parfaitement sa forme dans le web, la toile, nous sommes les araignées en suspens, on tisse, on guette, on attend patiemment, on ne crée pas des Golem, des Tulpa, on crée des fils de soie, invisibles. Le web est invisible, mais pourtant il est fibres optiques et satellites dans l’espace, il est serveurs chauds bouillants et ordinateurs, il est cobalt et pétrole. L’informatique fait croire que tout est dans l’air, je pose une question à Siri, à Alexa, j’ai une requête assouvie, je parle seule dans la rue et on ne me prend pas pour une folle, je tape dans les mains et la lumière s’allume, je prends l’aspect d’un homme en appuyant sur un bouton, mon smartphone cherche dans les motifs des tâches de mon chat un visage avec lequel échanger le mien. Et nous là, ce qu’on fait, en se racontant des histoires à travers le monde, en se rencontrant sans se voir à des milliers de kilomètres les unes des autres, on surfe sur les ondes invisibles de l’imaginaire, on fait croire qu’autre chose existe, on perturbe les archétypes en place. Et en prétendant être dangereuses, on le devient. Nous sommes des guerrières, des activistes, des sorcières.

Et on se bat contre des forces phénoménales, celles du patriarcat, du colonialisme, du virilisme, de l’âgisme, du racisme, du capitalisme, toutes ces dominations qui avalent, se transforment en permanence, et exigent qu’un autre soit soumis, exploité et avili.

On se raconte des histoires aujourd’hui et ce sont celles-là qu’il faut transformer. Celles selon lesquelles les femmes peuvent être aussi fortes ou dures que des hommes, comme cette avocate qui défend Harvey Weinstein, celles qui disent que les femmes ne peuvent pas travailler ensemble, et c’est un homme accompagné de plusieurs femmes qui me l’a dit, il a regardé la personne qui m’accompagnait, et lui a dit, on aurait été là, on les aurait fait marcher droit, nous assurant que l’échec de l’entreprise était dû au fait que nous n’étions que des femmes. Les histoires qui disent que le darwinisme social est une réalité, tout autant que la loi de la jungle, ou la loi du plus fort, alors même que Darwin avait repéré les phénomènes d’entraide, et Kropotkine l’a étudié, et je peux vous assurer que s’il y a bien une autre histoire qu’on se raconte c’est celle des nations et du patriotisme, des frontières, du chacun sa merde et de la xénophobie. Parce que si on avait été que xénophobes, l’espèce aurait été éteinte il y a un moment déjà.

Richard Dawkins raconte une blague pour évoquer le darwinisme : deux brontosaures voient un tyrannosaure avancer dans leur direction et courent pour lui échapper. L'un des deux dit alors à l'autre : « Pourquoi courons-nous ? Nous n'avons pas la moindre chance de courir plus vite que le tyrannosaure ! ». Et l'autre lui répond : « Je ne cherche pas à courir plus vite que le tyrannosaure. Je cherche juste à courir plus vite que toi ! ». La compétition entre espèces n’existe pas vraiment, et la compétition à l'intérieur de l’espèce humaine doit changer. Liberté-égalité-fraternité, mon cul, je veux entendre aussi entendre parler de sororité, d’humanité, et de Terriens. 

Et cette sororité, c’est à nous de la créer, de lui donner de la force, de la faire exister, de la rendre puissante et séduisante et réelle. Et cette sororité, elle se fera avec le concours de toutes, et avec le concours de tous, des iels, des illes, de ceux qui ne se reconnaissent nulle part et partout et qu’on arrête de se traiter en prédateurs ou en proies, de se conduire en prédateurs ou en proies. Nous ne laisserons pas intimider, nous sommes les maîtresses du désordre.

Lorsqu’a eu lieu the magickal battle of Britain, des Covens de tout le sud de l'Angleterre se sont réunis en 1941 pour effectuer un mass ritual et arrêter Hitler dans son projet d’envahir le pays. On dit même que Churchill utilisait le signe V pour la victoire comme méthode pour contrer les pratiques magiques d'Hitler avec la société de Thule. Ils ont planté des épingles dans des effigies, répété des textes, c’était si intense que cinq des participants sont morts peu de temps après. En 1967, 100 000 manifestants au Lincoln Memorial ont fait léviter le Pentagone pour arrêter la guerre au Vietnam. Il a bien fallu croire en quelque chose, alors si tu te sens impuissante à faire quelque chose, pourquoi pas faire ça? t’inventer ce sentiment de puissance, qu’est-ce que ça te coûte? qu’est-ce que ça te coûte d’essayer de faire quelque chose, si tu ne te sens pas d’être pompier volontaire en Australie, capitaine d’un bateau Sea-Watch ou de jeter des trottinettes électriques sur des CRS?

  

Et on a un travail aussi énorme à faire aujourd’hui, un combat titanesque. Le capitalisme et le néo-libéralisme sont nos ennemis, nous signerons leur fin. Nemesis en colère, la fureur de vivre, la rage de vaincre.

Et

Trump qui

parle

de chasse aux sorcières…

 

 

mais c’est

la

chasse des sorcières qui démarre.

Préparez chez vous deux bougies, une orange pour Trump, et une blanche pour Macron. Ecrivez votre intention sur un papier que vous plierez et placerez autour des bougies grâce à une ficelle. Trois noeuds sur chaque ficelle, et à chaque noeud fait, répétez ceci “mon poing dans ta gueule, ton mandat dans les chiottes”, on sait bien que c’est au-delà d’eux que s’étend le problème, systémique, mais on commence avec les formes qu’on connaît. Aux Etats-Unis ils mettent une carotte pour représenter Trump, parfois un Cheetos alors trouvez les ustensiles qui vous conviennent et incarnent le mieux les personnages. On a bien trouvé un Cheetos en forme de Jésus, alors peut-être que vous aurez de la chance. Puis aux milieu des quatre bords de votre écran d’ordinateur ou de votre smartphone, tapotez trois fois en répétant la même phrase, pourquoi pas en chantant. Ca peut marcher aussi en tapotant sur le lecteur d’empreintes digitales, l’objectif de l’appareil photo ou de la webcam. La magie est art et l’art est magie, inventez. 

ça compte si j’ai regardé Charmed, Buffy contre les vampires ou X-Files?

Pour l'élection de Donald Trump, ça va vous paraître étrange, mais c’est une bataille épique que nous avons perdue. Toute une histoire de Chaos Magick, de mèmes et d'une créature ressemblant à une grenouille nommée Pepe the frog/Lord Kek.

Les trolls ont gagné. Ceux qu’on pensait être des gros débiles du Forum 18-25 ou 4Chan chez les Américains, ils ont gagné. Ils sont devenus une force politique incroyable. Une pensée magique de la technologie a été à l’oeuvre au cours des dernières élections présidentielles aux USA, où l’Alt-Right, depuis le site 4chan, à produit un nombre conséquent de mèmes “magiques” pour soutenir le candidat Trump. La guerre des mèmes, largement remportée par les partisans du président actuel, a fait rage et Pepe the Frog est devenu une mascotte de l’extrême droite américaine (son créateur, dépassé, à d’ailleurs fait se suicider son personnage). Une Trump army s’est formée, troublée par des chiffres générés automatiquement qui se répètent sur un forum, des 7 en pagaille sur un “Trump will win”, la possibilité d’un lien entre un personnage de comics et un dieu égyptien de la nuit présenté sous les traits d’une grenouille qui s’appelle KEK, kek voulant dire LOL pour certains utilisateurs de World of Warcraft, WoW. Cette armée a trouvé sa force dans le synchromysticisme, une pratique Internet qui consiste à «établir des connexions dans la culture moderne qui pourraient provenir de '' l'inconscient collectif '' ; et trouver des liens entre les connaissances occultes, la politique et les médias. » Rassemblés par un humour sale, raciste, machiste, pervers et méprisant, rien de tel que la haine de l’autre pour créer des liens. Ce sont les mêmes qui harcèlent en bas de chez elles les femmes qui s’expriment trop fort, sur #MeToo ou #BalanceTonPorc, ou sur n’importe quelle radio, dans n’importe quel article. Forts de leur croyance en un Internet magique et la puissance du groupe, les voici responsables de Hillary Clinton malade, Sick Hillary.

“Trump was memed into the white house”. Avant tu tapais ple as el etm ed ie en somali sur Google translate et la traduction en anglais indiquait as you please, et les forums s’enflammaient sur les possibles démons qui te répondent par la voix saccadée et métallique de Google, aujourd’hui des mèmes internet propulsent des outsiders à la tête d’un pays à la puissance phénoménale. Meme Magic Is Real You Guys est un article fascinant sur la synchronicité de Jung, associée à du complotisme, et de l’occulte.

Les mèmes sont des prières déployées en images, des sigils, des sceaux magiques, des glyphes. Richard Dawkins - c’est marrant, je ne pensais pas reparler de lui - , invente le terme en 1976 dans The Selfish Gene, il parle de mème pour expliquer la propagation de l'information culturelle, comme un gène darwinien, une idée qui se réplique et se transforme facilement selon différents contextes.

https://imgflip.com/memegenerator

Mème, à partir de gène et de mimèsis, un néologisme mot-valise en français, un portmanteau en anglais. Les mèmes sont des réplicateurs comme les appelle Dawkins, David Deutsch en donne une définition dans L'Étoffe de la réalité, David Deutsch, Cassini, Paris, 2003 - Édition originale : The Fabric of Reality, Penguin Press, 1997 : « Un réplicateur fait que l'environnement dans lequel il se trouve en fabrique une copie ; il contribue de façon causale à sa propre réplication ». 

    

   Un virus                           

Les trolls ont trollé le réel, parlent de memetic warfare, de narrative illusion, qui consiste à introduire intentionnellement des idées dans la société, présentées de manière à leur permettre de se répandre, dans le but de modifier la culture et les perceptions d'une population ciblée. Pas modifier la réalité, mais modifier la manière dont la réalité est perçue. 

 

  Mais est-ce qu’on ne fait pas tous ça?                       

Contaminer.

 

Devenir viral

Il nous faut devenir virales. 

La dimension de jeu est primordiale, s’inventer des comptines alchimistes comme une souris verte, trouver des manières de raconter le monde comme si on sautait à la marelle, de la terre vers le ciel. Prétendre que le bitume est plein de crocodiles lorsqu’on marche sur l’arête du trottoir. Qu’on a des messages secrets, faire du comme si la règle.

Et Internet regorge de manières de tordre la réalité. 

Il nous faut être les glitches de la société, celles qui la font toussoter, au bord de la fausse route.

On dirait qu’on ne sert à rien, qu’on est là pour assurer la déco à Noël, préparer de jolis plats, mettre les chips dans un bol, écouter, rire quand il faut, être gentille, être belle, faire la conversation, être hôtesse. Ca s’effondre un peu tout ça, petit à petit, l’oiseau fait son nid, et prend les chips directement dans le paquet.

Télomères d’un système, assurant la protection des terminaisons chromosomiques pour ne pas qu’ils s’effilochent et que son extrémité ne soit considérée comme une rupture du double brin d'ADN, ce qui pourrait conduire à des soudures de chromosomes par fusion de leurs télomères respectifs. Bien sûr que tout ça est pris sur Wikipedia. Les télomères comportent des séquences d'ADN, répétées plusieurs centaines de fois sur chaque chromosome humain, mais ne portent pas d’information génétique, ils se répètent pour que, lorsque le segment d’ADN est répliqué, il n’y ait pas perte de données, car souvent la réplique est plus courte. Les télomères sont recouverts de protéines, les « shelterines » . Shelter, l’abri, home sweet home.

La femme au foyer est plus dangereuse qu’elle n’en a l’air.

Il ne s’agit plus de cramer la sorcière sur un morceau de bois parce qu’elle est vieille et veuve, et qu’on se dit qu’il fait trop froid.

Le foyer, c’est internet, et ça va chauffer.

Nous sommes puissantes et connectées.

 

-h-