© 2016 by -h-

  • Facebook - Grey Circle
  • Pinterest - Grey Circle
  • Tumblr - Grey Circle
  • YouTube - Grey Circle

 

-h-

La Visite
 

Impression sur papier, 1,50m x 4m,

Extraterrestrial life and its possible encounter with humans give rise to complex equations manipulating astronomical quantities and abstract data. This encounter also generates popular stories that each of us can use and so contributes to the development of an imaginary. This imaginary is most of the time tainted with anthropocentrism: they have already come, the aliens are like us, they have the same exploratory ambitions, they want to conquer, they are 'nice' or 'bad', they have eyes and ears, they have computers and vessels, their 'civilisation' is 'more evolved', they will teach us the mysteries of the universe, we want to contact them, we will have to destroy them.

 

But we also look for bacteria, we discover life at 3600 meters below the ice, we defrost tardigrades which survive outside of the ISS, we cannot communicate with our domestic animals, and discover that the dolphins have developed a language by holograms. 

The thought of an encounter with extraterrestrial life is a node, combining physics, biology, sociology, psychology, language sciences, and history, and it allows for projection, which becomes a playground for thought experiments. 

 

Our work lies in the exploration of these connexions. The Visit is a graphic project: it develops a constellation of relationships that focus on extraterrestrial contact and the fantasies it arouses. With this project we want to define this encounter, what this meeting involves, and the many ways in which we conceive it: government and military processes, science fiction stories, scientific theories and contactees' testimonials, thought experiments and philosophical discourse.

 

This fictional encounter requires that the codes and hierarchies in place be reframed, that our understandings of what are intelligence, civilisation, progress, language, body, national identities be redefined, in order to build ourselves as humans, as an Earth community. 'La Visite’ is primarily a way to question how we perceive ourselves and the Other, that we sometimes imagine like a more advanced and wiser alter ego. Yet it could be so foreign, biologically and culturally, that we may not be able to realise that we have already met it.

 

The artwork was displayed at the gallery La Passerelle in September 2016 in Paris, France, thanks to Galerie-Partagée.fr.

////////////////////

La vie extraterrestre et sa rencontre possible avec l’être humain donnent lieu à des équations complexes manipulant des quantités astronomiques et des données abstraites, mais elles génèrent aussi des récits dont chacun peut se saisir et contribuer à l’élaboration d’un imaginaire teinté d’anthropocentrisme: ils sont déjà venus,nous ne les intéressons pas, les extraterrestres sont comme nous, ils ont les mêmes visées exploratoires, ils veulent conquérir, ils sont “gentils” ou “méchants”, ils ont des yeux et des oreilles, des sens pour décrypter nos messages, ils ont des ordinateurs et des vaisseaux, leur “civilisation” est “plus évoluée”, ils vont
nous enseigner les mystères de l’univers, nous voulons les contacter, il faudra les anéantir.

 

Mais nous partons également à la recherche de bactéries, nous découvrons de la vie à 3600 mètres sous la glace, nous décongelons des tardigrades qui survivent en dehors de l’ISS, nous ne pouvons pas communiquer avec notre animal domestique, et découvrons que les dauphins ont développé un langage par hologrammes.
 

La pensée d’une rencontre avec la vie extraterrestre constitue un noeud, mêlant physique, biologie, sociologie, psychologie, sciences du langage, et histoire ; elle permet alors la projection, devient terrain de jeu et d’expérimentations.
 

Notre travail se situe dans l’exploration de ces articulations, L a V i s i t e est un projet graphique : il s’agit d’élaborer une constellation de liens qui se concentrent sur le contact extraterrestre et les fantasmes qu’il suscite. A travers ce travail nous souhaitons circonscrire ce qu’engage cette rencontre et les multiples façons dont nous la concevons : processus gouvernementaux et militaires, récits de science-fiction, théories scientifiques et témoignages de contactés, expériences de pensée et discours philosophiques. Celle-ci nécessite de redéfinir les codes et les hiérarchies mises en place jusqu’alors, redéfinir ce que sont par exemple l’intelligence, la civilisation, le progrès, le langage, le corps, les identités nationales, pour se construire en tant que communauté humaine, terrienne.
 

L a V i s i t e est avant tout un moyen de se questionner sur nous et sur l’autre, que nous imaginons parfois comme un alter ego plus avancé et plus sage. Pourtant celui-ci pourrait nous être si étranger, biologiquement et culturellement, que nous pourrions ne pas nous rendre compte que nous l’avons déjà rencontré.

Himmelserscheinung über Nürnberg vom 14. April 1561, Hanns Glaser